Sélectionner une page

Tribune de Jean-Marc Branche
Conseiller régional Picardie – NPDC
Conseiller municipal et communautaire de Compiègne

La crise des vocations chez les élus locaux n’a jamais été aussi prégnante, alors que les futures échéances électorales se profilent. De très nombreux maires se questionnent pour savoir s’ils vont se représenter.

Pourtant, les Français plébiscitent leur travail, leur action de proximité et leur engagement. Ils considèrent à juste titre qu’ils sont indispensables à la vie de la cité, et participent efficacement à la gestion de leurs municipalités, étant le lien le plus direct entre le peuple et l’exécutif. Il est en effet important de louer l’implication, voire la dévotion des élus locaux pour une activité certes noble, altruiste et indispensable, mais ô combien ingrate et parfois dangereuse.

La mort du maire de Signes, tué pour avoir voulu empêcher un dépôt d’ordure sauvage en est le plus flagrant et terrible exemple. Près de nous, l’incendie criminel de la maison du maire de Verberie, Michel Arnould, est également un exemple édifiant. Chaque jour, maires et adjoints subissent des violences physiques, des insultes, des chantages, des menaces verbales directes ou par l’intermédiaire des réseaux sociaux. En France, 361 maires ont été agressés en 2018, dont 40 % physiquement.

Pourtant, l’Etat rechigne à prendre des mesures drastiques, encourageant en cela le désespoir et la perte de motivation des élus. Il est vrai que l’esprit d’abnégation, de don de soi de ces derniers est très éloigné des considérations de nos pseudo-élites, plus accaparées à déguster des homards et du bon vin ou à abuser des avantages liés à leur statut.

Ce recul de la considération envers les élus va également de pair avec toutes les incivilités touchant notre société : pompiers, policiers, médecins, enseignants, administrations sont également touchés, signe de la déliquescence du respect de nos institutions en général.

Résoudre ces incivilités graves ne passe pas par de vains discours ni par de nouvelles mesurettes, mais tout simplement par la fermeté et la stricte application des peines encourues qui devraient être prononcées par les juridictions. Ecoute, soutien juridique et psychologique des élus ne sont également pas à négliger. Mais avant tout, le plus grand soutien reste le vôtre. Celui de citoyens qui en majorité plébiscitent et respectent le travail des élus locaux. C’est indéniablement le meilleur moteur pour raviver la flamme des vocations.