Sélectionner une page

De l’itinérance à la déshérence

De mémoire d’homme, nul Président de la République Française n’a connu une telle descente aux enfers dans la relation qui le lie avec son Peuple. A qui la faute me direz-vous ? A ces Gaulois réfractaires qui ne comprennent rien à sa vision Jupitérienne du prétendu nouveau monde ? Plus certainement à la réalité d’une politique déconnectée du terrain et des préoccupations des Français.

L’augmentation du prix du carburant a été le catalyseur, l’ultime révélateur de cette incompétence et de ce mépris pour les territoires, que l’on appelait autrefois  « la province ». De cette « Terra incognita », M. Macron a fait l’amère connaissance au travers de son périple mémoriel, baptisé tout technocratiquement « itinérance », concept tout droit sorti du cerveau d’un énarque ou d’un communicant Parisien, loin de la nécessaire humilité qu’aurait dû revêtir les commémorations du centenaire de l’armistice. Slalomant de ville en ville, tentant d’éviter toute confrontation, notre Président découvrit avec mépris sans la comprendre toute l’exaspération que sa politique engendrait. Tel un monarque croyant distribuer de la brioche aux croquants affamés, il évoqua des mesurettes compensatoires, tout en préparant de nouvelles taxes ou augmentations, comme celle du prix des autoroutes ou de l’électricité. Prétextant financer la transition écologique, il a même réussi l’exploit contre-productif de nuire dans l’esprit des Français à ce nécessaire effort pour le bien être des générations futures.

M. Macron nie définitivement l’exaspération provoquée par cet incessant matraquage financier des plus fragiles, des retraités, des Français qui se lèvent tôt. Ce harcèlement fiscal, initié depuis des décennies par les gouvernements de droite comme de gauche, ne peut plus être compris ni accepté par les Français, surtout si l’on considère la fermeture ou la mauvaise gestion des services publics, de même que les millions dépensés dans la conduite catastrophique et inconséquente de la crise migratoire. A force de creuser pour inventer de nouvelles taxes, ce gouvernement finira peut-être par trouver du pétrole… Solution peu écologique à nos problèmes.

Le Rassemblement National soutient et encourage l’action et la ferveur populaire des gilets jaunes, dans un élan commun vers une saine recomposition du paysage politique, par et pour le Peuple.