Sélectionner une page

Tribune de Jean-Marc BRANCHE
Conseiller régional de Picardie-NPdC
Conseiller municipal et communautaire de Compiègne

Les congés d’été sont terminés. Que l’on soit parti afin de profiter d’un repos bien mérité, ou que l’on soit resté à la maison en cette période estivale, chacun a pu se ressourcer, se reposer, tenter d’oublier les tracasseries du quotidien et s’abandonner aux fortes chaleurs qui ont rythmé l’été. Mais cette douce torpeur n’est que parenthèse enchantée.

Le retour à la dure réalité de cette rentrée est malheureusement d’actualité, avec sa cohorte d’augmentations d’impôts, de désillusions liées aux décisions et à l’incompétence avérée d’un gouvernement dépassé, plus prompt à déprécier le pouvoir d’achat des Français qu’à agir efficacement. Doit-on évoquer le feuilleton de l’été, « l’affaire Benalla », qui a médiatiquement mis en lumière jusqu’à l’écœurement une lamentable affaire de barbouze ? Que dire des différents « faits du Prince Macron », ayant amené la nomination d’amis proches à des postes clés ? Que penser de la démission de Nicolas Hulot, actant l’imposture idéologique d’une politique ouvertement libérale et non pro-écologie… Le gouvernement Macron est bien éloigné des valeurs d’exemplarité et de modernité qu’il souhaitait faire paraître. Son amateurisme est par ailleurs inquiétant, si l’on considère la gestion désastreuse du prélèvement des impôts à la source qui inquiète à juste titre les Français.

Pas de trêve non plus avec l’arrivée massive et continue de migrants illégaux, toujours plus nombreux sur notre territoire, devenus la rente économique de passeurs sans scrupules, esclavagistes des temps modernes, à l’image du navire Aquarius et des associations d’aides aux migrants. La complicité du gouvernement est patente, comme en témoigne l’arrivée programmée de 72 migrants dans le petit village de 200 habitants de Châteaudouble dans le Var. Tel le dictionnaire Larousse, ce gouvernement sème à tous vents une immigration incontrôlée, qui ne manquera pas de faire réagir lors des prochaines échéances électorales les Gaulois réfractaires que nous sommes, au grand dam de notre président Jupitérien…